newsreport3 copie

Ressources


Les levées de fonds de Janvier 2016

Les levées de fonds de Janvier 2016

iotAprès un mois de Décembre en demi-teinte, le mois de Janvier reprend de la hauteur et affiche un montant cumulé de levées de fonds proche de 250 M € à comparer avec 120 M € en Janvier 2015.

On attribuera pour partie cette performance à la société Deezer qui – à la faveur d’une opération de 100 M € – monte sans surprise sur la première marché du podium. Créée en 2009, la plateforme de diffusion de musique sur Internet bien connue du grand public réalise cette opération auprès de ses actionnaires historiques – en particulier l’opérateur Orange – et Access Industries, société du russo-américain Len Blavatnik (propriétaire de Warner Music). En 2012, Deezer avait déjà réalisé une levée de fonds du même montant.

Si on s’intéresse aux tendances du capital investissement, on remarquera que la santé reste un poids lourd des levées de fonds puisqu’elles totalisent 40 M € en Janvier mais également que l’intérêt des investisseurs pour les objets connectés se confirme le mois dernier. Focus sur deux opérations du secteur qui ne sont pas sans présenter des similitudes. 

On commencera par l’opération de 4 M$ de Kolibree réalisée auprès de Cap Horn Invest, the Dental Investment Group for Health, InnovacomSEB Alliance et SOS VenturesLa société créée en février 2014 par Thomas Serval et Loïc Cessor a développé une brosse à dents connectée qui permet de suivre son hygiène bucco-dentaire grâce à une application mobile. Au-delà, Kolibree se veut aussi un outil ludique à destination des enfants et idéal pour leur apprendre à bien se brosser les dents. Pour aller encore plus loin, la société a annoncé avoir noué un partenariat avec Ubisoft.

Il y a 2 ans, la société avait réalisé une campagne réussie de crowdfunding sur KickstarterDepuis mai 2015, la brosse à dents Kolibree est disponible sur le site de la marque mais aussi sur Amazon et  à la Fnac.

Sur le créneau « connecté » mais sur un usage totalement différent, on notera l’opération de 2 M $ de Ween menée par Paca Investissement, CAAP Création et BPI France. Egalement créée en 2014, Ween est à l’origine du premier thermostat connecté capable de prendre en compte les déplacements  des habitants d’un appartement afin d’adapter automatiquement la température de leurs intérieurs. Grâce à la détection de présence, le thermostat Ween permet également aux enfants qui n’ont pas de smartphone de ne pas avoir froid quand leurs parents ne sont pas là.

A l’instar de Kolibree, Ween avait réalisé en 2015 une campagne de crowdfunding sur KissKissBankBank et avait ainsi récolté plus de 41 000 euros. Aujourd’hui, le produit est disponible en pré-commande sur le site web de la marque.

Sur le secteur du e-commerce – actuellement moins prisé par les investisseurs- on notera enfin l’opération de levée de fonds de 3 M€ de Fioulreduc auprès de ses actionnaires historiques et Generis Capital. Le premier site de vente de fioul domestique à prix réduits créé en 2011 signe ici sa deuxième augmentation de capital. La première avait été réalisée quelques mois après le lancement de la plateforme auprès d’investisseurs privés, tous acteurs du secteur de l’énergie.

En trois ans d’activité, FioulReduc a conquis plus de 60 000 Français et affiche en 2015 135% de croissance.L’entreprise souhaite aujourd’hui se développer hors de l’hexagone mais également diversifier ses activités.

Ainsi, Fioulreduc propose depuis Juin 2015 l’installation de chaudière et ambitionne d’aller plus loin avec l’installation d’autres services énergétiques, comme le thermostat connecté ou toute autre prestation à haute valeur ajoutée. Les sources énergétiques vendues sur la plateforme sont également amenées à évoluer :  le bois, le gaz ou même l’électricité pourraient ainsi venir enrichir l’offre de la startup. L’objectif affiché est de devenir le premier énergéticien européen 100% numérique !

janv 2016

Anne Chofflet

Copyright © 2016 finapsis, All rights reserved.
Informations sur le financement des startups
Coordonnées :
Finapsis
29 rue Taitbout
75009 Paris
contact@finapsis.com
L’Oréal Paris parle de TokyWoky au salon NRF de New-York

Recherchant une solution simple et peu chère de se connecter avec leurs clients et d’en apprendre plus sur leur comportement d’achat et leurs préférences, L’Oréal Paris a décidé de faire équipe avec Microsoft et TokyWoky.
Le groupe propose un outil de crowd-sourcing permettant à ses clients d’obtenir des réponses et des avis de la part d’autres utilisateurs des produits de beauté L’Oréal.
L’outil est actuellement en ligne sur les sites de L’Oréal Paris et Lancôme France.

Retrouvez les interviews de Marie-Laure Petitdemange, Manager E-commerce chez L’Oréal Paris et Quentin Lebeau, Cofondateur de TokyWoky qui nous parlent de cette solution innovante de CRM.

LER est représenté par Michael Copsidas, fondateur de LEGUIDE.com, qui siège au comité stratégique de la startup.

Les levées de fonds de Décembre 2015

Trêve des confiseurs oblige, le mois de Décembre est usuellement un mois creux en matière de levées de fonds. En 2015, elles ont représenté un total de 78 M €.
En Décembre 2014, le montant cumulé des levées de fonds atteignait 58 M €.

C’est la société de biotechnologies GamaMabs Pharma qui monte sur la première marche du podium à la faveur d’une opération de 15 M € menée auprès d’Edmond de Rothschild Investment Partners. Créée en 2013 et basée à Paris et à Toulouse, GamaMabs Pharma développe de nouvelles thérapies anticancéreuses. Le premier produit de la société est un nouvel anticorps monoclonal ciblant les cancers gynécologiques, dont le cancer de l’ovaire.  Une opération similaire, à hauteur de 3,6 millions d’euros, avait été conclue en 2013 lors d’un tour de table avec Innobio (BPI), IXO PE et IRDInov.

Dans un tout autre secteur, la société Tinyclues se distingue également en Décembre par une opération de levée de fonds de 5 M € menée auprès des fonds d’investissement Elaia Partners, Alven Capital et ISAI. Créée en 2010, Tinyclues développe uneplateforme SaaS qui propose aux entreprises d’envoyer des campagnes ciblées à leurs clients.

S’appuyant sur des algorithmes de « machine-learning » qui permettent de mieux cibler les clients et prospects en détectant les signaux sur tous les canaux – données déclaratives, historique d’achat et d’interaction, navigation, données sociales etc… – Tinyclues propose à ses clients e-commerçants l’audience susceptible d’être intéressée par son produit et ainsi de créer en quelques clics des campagnes d’animation commerciale ciblées.

Tinyclues permet ainsi d’augmenter d’au moins 30% le revenu des campagnes CRM. Cinq ans après son lancement, la société revendique environ un millier de campagnes envoyées chaque mois, représentant 300 millions de messages envoyés sous forme d’e-mails, de notifications mobiles ou sur Facebook. Parmi ses clients, l’entreprise compte notamment La Redoute, Cdiscount, la Fnac ou encore Vente-privee.

Dans ce secteur de l’e-marketing, on notera également la levée de fonds de 4,5 M € d’Azalead menée par Idinvest Partners. Créée en 2013, Azalead édite un logiciel de marketing B to B qui s’appuie sur une technologie d’identification des entreprises. Même si leur adresse IP n’est pas enregistrée, les noms des entreprises visitant un site web sont repérées par Azalead via l’utilisation des cookies couplée à un apprentissage automatique ou machine learning.

Ainsi, Azalead permet aux marketeurs d’identifier et de suivre les comptes-cibles avec des publicités bannières, même lorsque ces derniers ne remplissent pas de formulaire web. La société avait déjà bouclé un tour de table de 2 M € en Mars dernier.

Enfin, on ne peut conclure ce bilan de Décembre sans s’arrêter sur la levée de fonds de 3 M€ d’Auto-Ecole.net réalisée auprès du fonds Calcium Capital. L’entreprise lancée en 2014 et qui se considère comme pionnier dans le domaine du permis de conduire en ligne a obtenu six agréments préfectoraux dans différents départements. Sur ce secteur très encadré, un agrément est obligatoire. Chaque préfecture doit délivrer une autorisation d’enseigner la conduite.

Avec 3500 élèves inscrits au permis (dont 200 élèves présentés aux examens du permis de conduire chaque mois), une trentaine d’enseignants « diplômés et salariés » et une flotte de 35 véhicules, Auto-ecole.net occupe une position de premier plan mais la concurrence s’organise. Avec un nombre de candidats trop important en regard du nombre d’auto-écoles, Internet devient un relais avec de nouveaux modèles d’apprentissage de la conduite. Plusieurs start-ups ont pris position comme PermisGo, PermisMalin ou Ornikar.

Ci-dessous les secteurs les plus actifs ainsi que le classement des opérations par stade de développement au cours du mois :




Ci-dessous une sélection des opérations réalisées en Décembre 2015. Pour accéder au détail de toutes les opérations du mois, veuillez cliquer sur ce lien.

 

Copyright © 2016 finapsis, All rights reserved.
Informations sur le financement des startups
Coordonnées :
Finapsis
29 rue Taitbout
75009 Paris
contact@finapsis.com

 

TokyWoky lève 700 000 euros pour son chat communautaire auprès de LER et 50 Partners

10214471-confidentiel-tokywoky-leve-700-000-euros-pour-son-chat-communautaire

La solution de chat communautaire pour sites marchands démarre son expansion internationale avec l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

TokyWoky vient de lever 700 000 euros auprès de 50 Partners et Les Entrepreneurs Réunis, qui servira à financer le développement international de son service de chat communautaire. Fondée en 2013 par Quentin Lebeau, Timothée Deschamps et Raphaël Prat, la start-up a lancé sa solution début 2014. Celle-ci permet au visiteur d’un site marchand de poser des questions par chat aux autres visiteurs connectés au même instant. D’après la start-up, l’outil permet aux sites de réduire de 25% en moyenne les coûts de support client, mais également d’augmenter leurs ventes de 7% en moyenne.

En un peu moins de deux ans, TokyWoky a signé une quarantaine de marchands français, parmi lesquels Kiabi, L’Oréal Paris, Lancôme, Wanimo, Pecheur.com, Promod, Rueducommerce et Jennyfer. La société désire aujourd’hui démarrer son expansion internationale et mettre le cap au plus vite sur le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie, les Etats-Unis et le Brésil.

Vers un outil d’engagement client

Sur ce créneau du chat communautaire, les rivaux de TokyWoky sont plutôt mieux financés : Howtank a levé 1,7 million d’euros en juillet et iAdvize, dont l’offre englobe aussi un service de click-to-community, a levé 14 millions d’euros en septembre. Pas de quoi pourtant effrayer Quentin Lebeau, pour qui le modèle de TokyWoky est en réalité assez différent de celui de ses concurrents. « Alors qu’avec TokyWoky, tout le monde peut répondre aux questions, Howtank et iAdvize ont adopté une approche fermée : la marque sélectionne elle-même ses représentants. Elle a certes l’impression de tout contrôler, mais nous pensons que c’est une mauvaise approche. Car toute la difficulté, pour les marques, reste de recruter une communauté. Or Howtank et iAdvize procèdent en partie par mail, donc selon un processus plus lourd. Le recrutement est bien plus fluide avec TokyWoky puisqu’au bout d’un certain nombre de ‘merci’ reçus, les meilleurs répondants deviennent naturellement ambassadeurs et ont accès notre plateforme. »

L’entrepreneur souligne d’ailleurs que sa solution évolue dans la direction d’un outil d’engagement, plus que d’entraide. « Plus on répond à des questions, plus on achète sur le site ». L’augmentation des ventes provient donc bien davantage des répondants qui s’engagent vis-à-vis du marchand que des visiteurs hésitants que le service rassure. Ce qui n’est pas un problème en soi, dans la mesure où « il y a beaucoup plus de personnes qui répondent que de gens qui posent des questions » affirme Quentin Lebeau, expliquant que l’envie d’être utile se fait plus souvent sentir que celle de poser une question. « Quant aux visiteurs qui posent une question, ils auront moins confiance dans l’ambassadeur s’il a été choisi par la marque », ajoute-t-il.

A l’international, une démarche opportuniste

Confiant dans cette approche, TokyWoky entend aujourd’hui employer les fonds levés à accélérer son business développement, en solidifiant sa position en France et en se lançant à l’étranger. La start-up vient d’accompagner Kiabi en Italie et en Espagne et ira bientôt en Allemagne et au Royaume-Uni avec Pecheur.com. « Autrement dit nous adoptons une démarche opportuniste, plutôt que d’essayer de forcer un marché où nous n’avons pas d’ouverture », explique Quentin Lebeau. Un autre associé de TokyWoky teste aussi le terrain au Royaume-Uni et un partenariat avec Microsoft et L’Oréal permettra à la solution de sonder le marché américain en janvier au NRF Big Show.

Mais TokyWoky va également mettre à profit cet apport de capital pour poursuivre l’amélioration de son produit. D’abord en sortant au premier trimestre 2016 une application iOS qui permettra aux ambassadeurs de répondre aux questions dès qu’ils ont un moment de libre. La première version, très simple, sera améliorée par itération en fonction des retours des utilisateurs. En outre, la start-up travaille sur l’analyse, sémantique en particulier, des données issues des dizaines de milliers de conversations qui se déroulent sur son chat. Dans sa ligne de mire, utiliser ces données pour faire du SEO et fournir à ses clients un reporting trimestriel de ce qui se dit sur leur site. Composée de huit personnes actuellement, l’équipe de TokyWoky devrait passer à une quinzaine de collaborateurs d’ici un an.

Source : Le Journal du Net

Un nouveau site !

Capture d’écran 2015-09-16 à 20.40.16Les Entrepreneurs Réunis ont le plaisir de vous faire découvrir leur nouveau site internet !

LER - Les Entrepreneurs Réunis ® | 2015 -2018 | Mentions légales | Contact